lundi 2 septembre 2019

Une histoire d'amour


Hello !
J'ai décidé d'inclure dans ce blog des articles pour parler de mes tricots, parce que je les aime tellement, ils font tellement partie de ces choses que je voudrais partager, qu'il me semblait incongru de les passer sous silence. Je vais vous épargner les parties hyper techniques, ceci n'étant pas un blog de tricot, mais je souhaitais tout de même revenir dessus.
Parce que c'est un "vêtement" que j'adore porter. Parce qu'il est le fruit de mon amour pour cette superbe laine éthique qu'est la Albertine de De Rerum Natura - une laine produite et transformée en France et au Portugal, dans le respect des animaux et des hommes- et de la découverte de la créatrice de patrons Audrey Borrego sur Ravelry (elle a aussi un Instagram).


Depuis le tout début, depuis mes premières mailles, je rêve de tricoter des pulls remplis de torsades. Je trouve ça complètement dingue de partir d'un fil, de l'enrouler d'une certaine façon, d'une autre, et puis d'une autre, et de créer des formes, des motifs, des trous, un tissu dense ou moelleux... Et de pouvoir le porter. C'est tellement magique !
Je suis donc tombée complètement amoureuse de cette étole d'inspiration nordique. Dès que je l'ai vue, j'ai su qu'il me la fallait. Pourtant, même si les torsades étaient marquées comme simples, je me suis posée des questions. Je suis franchement débutante, je n'avais jamais joué avec les torsades et les tresses, mais j'avais tellement envie d'essayer !



Bon, autant vous le dire, c'est un travail de longue haleine. Il y a des torsades sur chaque rang de tricot, et il y a beaucoup de rangs... Pour vous donner une petite idée j'ai calculé une estimation basse du temps passé dessus, et j'ai compté environ 120 heures, étalées sur trois mois et demi. Je ne pense pas la refaire tout de suite XD. Mais il est effectivement assez simple, d'autant qu'il est tout droit, il n'y a pas d'augmentations ou de diminutions, c'est vraiment un grand rectangle de 60x160.
J'ai légèrement modifié mon patron pour avoir un peu plus de la partie avec les losanges et un peu moins de vagues, ce qui était vraiment simple à réaliser. Évidemment, comme tous mes tricots, celui-ci n'est pas exempt de défauts, mais il m'a accompagnée dans mes périodes de doutes de ces derniers mois, pendant des moments plus joyeux comme mes vacances aussi, et je l'aime beaucoup.
Cette laine est vraiment parfaite pour ce projet, elle est souple mais se tient bien, et je trouve cette couleur extraordinaire. C'est un beau bleu profond et changeant.


C'est une laine non Superwash, ce qui signifie qu'il faut laver le tricot à la main. Je sais que cela en rebute certains, mais personnellement j'aime beaucoup ça. Je trouve ce procédé très relaxant, et j'ai l'impression de prendre bien soin de mon petit trésor, c'est un moment que j'aime beaucoup. Voir la laine se détendre dans l'eau, prendre sa forme et sa taille définitive (car la laine s'assouplit et s'étend au contact de l'eau), et le presser doucement pour en enlever l'excédent. L'étendre sur une serviette sèche, et attendre -plus ou moins- patiemment qu'il sèche pour pouvoir le porter... Pour moi ça fait partie du processus de création, et je trouve ça beau.
Je crois que vous avez compris, je suis amoureuse de mon étole et j'ai vraiment hâte de la porter cet hiver (même si je la porte déjà un peu les matins où j'ai besoin de réconfort douillet) car elle est un peu chaude tout de même pour la porter à 35°C. Mon prochain gros projet c'est un pull en Jacquard pour mon homme, mais je n'ai pas résisté en attendant de recevoir ma laine, à commencer à tricoter un châle dans une laine que j'ai achetée en début d'année et qui est à la fois mon rayon de soleil et un nuage de douceur...


vendredi 26 juillet 2019

Une histoire de hasard et d'émerveillement.

Vue depuis la route des Crêtes dans les Vosges


Hey !
J'espère que vous allez bien. Aujourd'hui, je voudrais vous parler d'une expérience que j'ai vécue pendant mes vacances. Vous vous en doutez, j'adore prendre des photos pendant mes vacances. Cet été, nous avons décidé de passer 9 jours dans les Vosges, dans la région de Gérardmer pour être exacte. C'est une très belle région, un peu sauvage sous bien des aspects, et qui nous plaît beaucoup. Nous avons visité quelques beaux endroits (je ne vous en parle pas tout de suite, je ferai un autre article) et j'avais rechargé mon appareil photo avant de partir, bref, à aucun moment je ne me suis doutée que j'allais tomber en panne de batterie au bout de deux jours de vacances ! Très franchement, c'est tellement l'erreur classique de Mr Toulemonde que ça m'a un peu agacée. Sans compter qu'il nous restait encore une semaine pendant laquelle je ne pourrais pas prendre de photo (ce qui n'est pas loin du drame me concernant)... C'est donc énervée contre moi-même (Non mais franchement depuis le temps que je photographie, c'est quand même un comble d'arriver encore à faire ce genre de bourde) que je me renseigne pour voir si on pouvait trouver un magasin de photo pas trop loin. Bon, heureusement, il y en a effectivement un à Gérardmer.
Dans ce magasin, j'achète un nouveau chargeur de batterie, on parle un peu photo avec le monsieur de la boutique, et là, il nous dit : Si vous voulez faire des photos sympas, je vous conseille de grimper sur la route des Crêtes, où vous pouvez aller à la rencontre des chamois. Avec mon homme, on s'est regardés un peu dubitatifs. On vient de Savoie, et bon, les chamois, on voit ce que c'est. C'est hyper farouche, ça vit dans des endroits pas franchement faciles d'accès, il faut avoir l'habitude de grimper un peu. D'accord, on est à la montagne, mais ce sont plutôt des petites montagnes arrondies en haut, pas tellement leur lieu de prédilection. Ce monsieur insiste, il en a photographié à 10 mètres de distance, il me dit que même avec le 50mm c'est vraiment faisable. Il faut simplement se lever très tôt ou se coucher tard, car ils viennent aux dernières ou aux premières lueurs du jour. Bon. On paie, on sort, on rentre au camping.
Et puis quand même, cette histoire m'intrigue, d'autant plus qu'à l'office du Tourisme, j'ai entrevu un flyer qui parle de randonnées avec un guide à la rencontre des chamois. Ce serait quand même bizarre que ces deux versions coïncident et se trompent non ?

Du coup, le soir, on a voulu repérer un peu l'endroit, et on a bien fait puisqu'on s'est trompés (mais on a vu un coucher de soleil magnifique). Puis on a retrouvé la bonne route, mais il est tellement tard qu'on est sûrs qu'on ne verra rien du tout... On a tout de même garé la voiture sur le côté de la route, fait quelques mètres à pied... Il fait très sombre, on ne distingue presque plus rien, mais il y a bien des chamois. Un groupe de quatre ou cinq femelles passe autour de nous alors qu'on s'est perchés sur un gros rocher. Il y a une auberge en haut de ces crêtes, et le petit troupeau n'est qu'à quelques mètres, c'est complètement dingue !
Malheureusement la nuit tombe et très vite on ne voit plus rien du tout. Nous décidons donc de rentrer et de revenir le lendemain matin. Le réveil à 5h30 pique un peu pour un jour de vacances, mais après un petit dej très sommaire, nous voilà repartis. Finalement, lorsque nous arrivons là-haut, il est 6h30 et il fait déjà jour. Un couple que nous croisons (et qui est là haut depuis une bonne heure) nous annonce que, dommage, le troupeau d'une vingtaine de bêtes s'est déjà dissout, mais que certains sont encore en haut à brouter. On est un peu déçus, parce qu'on n'avait pas compté que le soleil se lèverait aussi vite, mais on se balade un peu pour voir et au détour d'un champ... Le miracle a encore lieu !



Nous croisons en premier le chemin de ce qui semble être un mâle adulte solitaire, puisque chez les chamois, les femelles et leurs petits forment un troupeau, mais les mâles sont souvent seuls. Et le propriétaire de la boutique n'avait pas menti, si on est silencieux et prudent, on les approche assez facilement à 10 mètres, ce qui est complètement fou !
Mais le plus beau est à venir, puisque nous sommes tombés quelques dizaines de minutes plus tard sur ce jeune couché au bord de la route... Pas farouche pour deux sous, et malgré le fait qu'on ait été rejoint par un autre groupe de promeneurs avec des ados, il m'a laissée m'approcher à seulement 3 mètres pour faire de belles photos de lui...



Est-ce qu'il n'est pas complètement adorable ???
Rien que de revoir ces photos, je ressens encore l'émerveillement face à cette rencontre improbable, je me sens tellement chanceuse d'avoir pu assister à un tel spectacle !
En réalité, il y a pas mal de monde qui vient par ici, et je pense tout simplement que ces chamois, habitués à l'odeur de l'homme, ne l'identifient pas comme une menace. J'ai pu m'approcher vraiment près de ce jeune, avec un peu de patience et de calme c'est tout à fait faisable. Et puis, lorsque vous devenez un peu trop proche, il s'en va tranquillement, tout simplement...


Et il va rejoindre le troupeau dans les falaises rocheuses qui descendent à droite de la crête.
En prenant le temps d'observer ces falaises, on peut y voir les mères qui jouent avec leurs petits de l'année dans les rochers... Un spectacle vraiment, vraiment extraordinairement mignon.
En tous cas voilà qui explique également leur présence ici. Nous nous étonnions de trouver des chamois dans ces pâturages, même hauts, mais en réalité il y a tout un côté de la crête qui est bordée par un cirque rocheux assez impressionnant. Il y a d'ailleurs des chemins très escarpés pour passer dedans et rejoindre la vallée, mais le circuit est balisé comme étant dangereux, et cela aurait dérangé les chamois dans leur coin de "repli". Il y a même des circuits d'escalade ! (pour les pro uniquement, encore une fois c'est un chemin qui n'est pas facile d'accès)


Voilà voilà, comment un bête oubli s'est transformé en une expérience merveilleuse, très forte en émotion. Je trouve du coup toute cette histoire vraiment chouette ! Comme quoi, parfois quelque chose débute mal mais s'arrange très joliment. Si vous passez dans le coin, cela vaut vraiment la peine de se déplacer pour aller les voir, gentiment et respectueusement (apparemment il y a parfois des gens moins sympas qui se mettent en groupe pour les acculer et les approcher de plus près... Je ne parlerai pas davantage de ce genre de comportements abusifs). En tous cas ça a été le gros coup de cœur de nos vacances !
Je posterai d'autres articles sur nos vacances dans les Vosges parce qu'on a vu vraiment beaucoup de belles choses... 💓 A bientôt !


dimanche 7 avril 2019

Une histoire de laine...


🌿

Je ne sais pas trop par où commencer. Depuis quelques temps, je fais plus attention à ce qui m'entoure. À ce que je consomme. À ce que j'achète. Je me demande si c'est juste, si c'est éthique, si c'est ce que je veux vraiment.
Je ressens le besoin de me recentrer sur de vraies choses que j'aime, mais cela nécessite de me connaître davantage pour mieux pouvoir cerner ces choses là. Et depuis que je fais ce tri dans ma vie, j'ai du mal à me retrouver. Certaines choses que j'adorais me semblent aujourd'hui sans importance, et j'en découvre de nouvelles, que je cherche à approfondir.
Ces derniers mois, je découvre le tricot. J'ai un réel bonheur à apprendre en partant de zéro. Je n'ai jamais tricoté de ma vie, à part les deux fois une heure que ma mère a essayé de passer à tenter de m'apprendre le point mousse (en totale perte de temps, je n'y comprenais absolument rien), et j'aime vraiment progresser à chaque projet, si petit soit-il.
Lorsque je tricote un vêtement, comme lorsque je couds, j'ai cette sensation très agréable de tisser un lien avec ce nouveau vêtement à venir. Ce n'est pas quelque chose que j'ai acheté trois sous au magasin du coin en me disant que oui, ce n'est pas terrible, ça a sans doute été cousu dans des conditions éthiques atroces, peut-être par un enfant dans un pays pauvre, et que la matière a été produite en polluant de la pire des façons. Non. C'est une matière que j'ai choisie de mon mieux (là j'avoue c'est encore discutable, l'industrie du coton pollue, la production de matières synthétiques pollue... Mais j'essaie de trouver local et/ou bio), une couleur, un motif que j'aime. C'est un patron qui correspond à mes envies, que je peux même modifier un peu pour mieux coller à ma morphologie. Je ne choisis pas ce qui est à la mode, je ne choisis même pas forcément ce que la société me dicte comme étant bon pour mettre en valeur mon corps, je choisis ce que j'aime porter, tout simplement.
Évidemment, je ne sais pas tout faire, mais j'essaie de limiter mes achats. Et je n'en suis pas plus malheureuse.
Aujourd'hui, j'ai participé à une convention de tricot, où j'ai pu découvrir de nouvelles marques, des créatrices françaises qui teignent de magnifiques laines, et j'ai craqué pour ajouter de nouvelles jolies choses dans mon stock, qui se transformeront (je l'espère !) en beaux vêtements, après de -très- longues heures de travail. Au dessus, un superbe merino-soie-cachemire, une merveille de douceur dorée de chez La Bien-Aimée que j'aimerais bien changer en châle, et ci après, un duo de laines de la Maison Corlène pour me fabriquer un gilet doudou dont la couleur et la douceur me semble tout aussi prometteuse !


Je ne mentirai pas. Ces laines ont un sacré coût. Et mis bout à bout, si je devais compter en plus de ça les heures que j'ai passées à tricoter, ce n'est absolument pas rentable financièrement. Mais ce projet, je le crée de mes mains. Je le chéris, je le construits peu à peu, et il durera dans le temps. J'aime le processus complet, long et apaisant. Mes tricots ne sont pas parfaits. Je me souviens de chacune de mes erreurs, et j'en apprends à chaque fois. Cette construction, petit à petit, ce pull, cette écharpe qui apparaît dans mes mains a quelque chose de magique, qui n'a pas de prix. Et que je substitue sans aucun regret à ces vêtements sans âme et créés au prix du sang que je peux voir dans les magasins.


dimanche 27 août 2017

Une histoire de vacances pas vraiment optimales...



Cette année, on avait décidé de passer 10 jours sur la Côte d'Azur... Je n'y étais jamais allée, et comme j'ai décidé toute seule de notre destination en Octobre, je me suis dit, ok, l'homme veut voir la Méditerranée, on y va ! Finalement, on aura passé quatre jours à maudire les kilomètres passés en voiture pour trouver un coin sympa, à se faire envahir par les fourmis, à regonfler notre matelas tous les soirs, à ne pas sortir entre 10h et 18h parce qu'il faisait trop chaud, et pour ma part, à gratter mes piqûres de moustiques infectées, et à me taper des maux de crâne et un mal de lombaires à m'empêcher de dormir la nuit. Je n'ai pas aimé la Côte d'Azur. Il fait trop chaud, la végétation est presque morte, il y a trop de monde, et je n'aime pas cette façon d'afficher l'argent. Je n'ai même pas trouvé la mer spécialement jolie. Sachant que c'était nos deux seules semaines d'affilée de l'année, autant dire que j'étais très déçue.
Finalement, dans ces quelques jours passés là-bas, la seule chose que j'ai un aimée, c'est le Massif d’Estérel, au dessus de St Raphaël, et ses beaux rochers rouges. Il y a plein d'endroits où s'arrêter, et marcher un peu, c'est vraiment beau. Et même qu'au moment où on y était, on a eu la chance d'avoir quelques nuages qui passaient devant ce soleil de plomb !
Du coup c'est de cette partie-là que je vous montre quelques photos ^_^ J'espère qu'elles vous plairont !







Bon en plus j'avais pris le 50mm (qui est bien connu pour être un très bon objectif pour les photos de paysage)... Je crois qu'on avait vraiment tout faux pour ces vacances. Ce n'est tout simplement pas ce qu'on cherche. On aime les endroits tranquilles et beaux, naturels...
Je n'ai même pas sorti la robe que je m'étais péniblement cousue avant de partir... Mais j'ai quand même beaucoup porté la jupe faite quelques temps avant, et j'ai adoré porter cette viscose par ces fortes chaleurs (j'ai beaucoup moins aimé la couper mais ça.... C'est un choix de tissu XD) J'ai trouvé cette longueur vraiment parfaite, je n'aime pas les jupes trop courtes. Il m'en faudra d'autres ! J'en profiterai pour améliorer un peu ce "patron maison" parce que la ceinture est acceptable pour moi mais en réalité elle est assez mal cousue, le tissu a tourné et je pense qu'il faudrait plus une ceinture à la forme des hanches... C'est un simple rectangle froncé et une ceinture plate avec une fermeture éclair (je n'aime pas trop les jupes élastiquées à la taille... Ou alors juste à l'arrière...) En tous cas j'aime trop ce motif et je l'ai vraiment beaucoup portée !



vendredi 14 avril 2017

L'eau et le feu du ciel



Coucou !
Je reviens vers vous aujourd'hui pour une petite séance photo. Parfois je n'en reviens pas d'habiter un endroit aussi beau. Tout y est beau, la nature est très présente, et on voit de tout ! Autant de rivières, de lacs, de montagnes enneigées et de falaises à la végétation sauvage en un seul endroit. Et aussi de belles étendues d'herbes. Des roches très variées.
Cette séances photo, je l'ai réalisée il y a quelques jours, alors qu'on rentrait d'une virée familiale, avec mon chéri. La nuit nous tendait les bras, dans cette atmosphère entre chien et loup que je trouve absolument magnifique. J'ai adoré les couleurs sur le lacs, les lumières de la ville... Il y avait une fête foraine.


Je n'avais pas tout à fait l'objectif idéal sur mon appareil (un 50mm) mais malgré tout j'ai beaucoup aimé prendre ces quelques clichés... L'eau est un élément tellement apaisant et agréable. On a bien du passer une heure à observer le rougeoiement de l'eau... On aurait dit qu'elle s'embrasait.


Voilà j'espère que ces quelques photos vous auront plu !

Lumineuse.

jeudi 26 janvier 2017

[Lecture] Harry Potter et l'Enfant Maudit



Coucou !
Je suis (un tout petit peu) en retard, puisque je vous parle aujourd'hui de ma dernière lecture de l'année dernière. Vous l'aurez sûrement compris avec la photo de la couverture, on va causer Harry Potter. Alors attention, là, ça devient sérieux. On parle de la série de livres qui a bercé mon adolescence, m'a fait rêver à n'en plus finir (aujourd'hui encore), et sans doute la série qui a le plus compté dans mon "éducation livresque". On parle de mon plus gros coup de cœur de tous les temps. J'ai aimé lire ces pages, suivre ces personnages de tout mon cœur. Alors bon, j'avais été très déçue par le dernier tome, qui pour moi a été écrit sous pression éditoriale, et sous la pression des fans, et qui ne tient pas la route (j'ai trouvé trop d'incohérences, de situations bâclées, et j'ai détesté la fin) mais je crois qu'on ne pourrait guère en vouloir à JK Rowling.
J'étais donc sacrément fébrile en achetant ce nouveau livre tiré de cet univers que j'adore. Oui, je sais, ce n'est pas JK Rowling qui l'a écrit, mais tout de même, c'est elle qui a tiré les ficelles de base. Alors ça compte. Et puis réveiller cette passion que j'avais enfouie (plus ou moins, parce que j'adore encore aller sur Fanfiction.net) depuis des années, ça me tentait carrément !!
Je l'ai acheté une première fois en Anglais, à sa sortie, parce que j'avais déjà lu les derniers tomes en Anglais et que ça m'avait bien plu, mais j'ai vite été stoppée dans mon élan... J'ai lu les deux premiers actes, et puis j'ai déchanté. Manque d'envie ou de vocabulaire, je ne saurai le dire. Les deux, sans doute. Je l'ai donc racheté plus tard en Français.
Je l'ai dévoré, comme j'ai pu dévorer les autres tomes "officiels" de Harry Potter. C'était une lecture plutôt agréable, très fluide. Malgré tout, je dois dire que j'ai été plutôt déçue par ce livre. Peut-être que j'en attendais trop. J'ai été très heureuse de découvrir (même si ce n'est que par bribes) ce qu'était devenu le monde des sorciers après la mort de Voldemort. J'ai aimé rencontrer cette nouvelle génération d'après guerre, les anciens devenus adultes, et leurs enfants. J'ai trouvé le petit Scorpius très attachant, Albus plutôt sympa. 



Mais bon sang, quelle mouche les a piqué ? Comment ont-ils pu penser que faire une pièce de théâtre était une bonne idée ? L'univers créé par JK Rowling était foisonnant, d'une richesse incroyable, toutes ses descriptions fourmillaient de milliers de détails que je m'empressais d'avaler et d'imprimer dans mon petit cerveau émerveillé. Et du coup il est absolument inévitable que ça manque dans ce format ! La pièce de théâtre n'est pas prévue pour ce genre de littérature... C'est très limitant, et frustrant. C'est un avis tout à fait personnel mais ça m'a beaucoup manqué de ne pas avoir plus de détails.
Ensuite, je n'ai pas trouvé l'histoire très percutante. Je ne sais pas, ça sonnait un peu creux, ça manquait d'une base vraiment solide, et puis à la fin c'est devenu carrément heu... J'ai trouvé les derniers chapitres ridicules pour tout vous dire. J'ai envie de dire, trop de symétrie narrative, ça tue un bouquin. Ils ont trop cherché à faire des liens brinquebalants avec les anciens livres. Au lieu d'avancer vers le futur, on a l'impression de s'enfoncer à chaque fois un peu plus en arrière... Alors que justement, après la mort de Voldemort, il faut faire revivre le monde, réinventer les choses, je sais pas moi...
Après, je me dis que ça vient peut-être de leur temps d'attente pour sortir cette "suite" mais entre temps, il y a eu des milliers d'histoires imaginées par les fans, qui ont dû explorer tous les schémas possibles et imaginables, toutes les situations, tous les personnages... Certaines de ces histoires sont très bonnes, et vaudraient d'être publiées, d'autres sont moyennes, d'autres ont de bonnes idées mais n'écrivent pas très bien, certaines sont très mauvaises, il y a vraiment de tout... mais cette pièce de théâtre me fait vraiment penser à une mauvaise fanfiction. Il y a des clichés partout, des futurs qui sont juste trop gros pour les anciens personnages... Et le comportement de Harry envers son fils est juste absolument grossier.
Je ne vais pas rentrer dans les détails pour ne pas spoiler, mais clairement, j'ai été plutôt déçue par cette nouvelle histoire. Techniquement ça se lit bien, mais vraiment, l'histoire ne tient pas debout, la plupart des personnages sont complètement creux ou ne correspondent pas à ceux qu'ils étaient sensés être, et j'ai trouvé le format pièce de Théâtre très mal choisi.
(par contre j'ai bien aimé le film des Animaux Fantastiques malgré quelques incohérences et ma déception pour le personnage féminin principal qui n'a rien pour elle la pauvre...)

Parce que quand même, j'adore JK Rowling, je vous propose d'aller voir ce discours que j'adore, discours qu'elle a tenu en Juin 2008 pour la remise des diplômes de Harvard et que j'ai trouvé magnifique (il est sous-titré, et en deux parties).

mardi 27 décembre 2016

Une pizza de juste après Noël


- P I Z Z A    A    4  M A I N S -

j'espère que vous avez passé un très bon Noël ! Pour ma part, j'avoue que j'avais un peu l'impression d'être hors course. J'ai eu du mal à me rendre compte qu'on était déjà en décembre... L'année est passée si vite, et le temps était tellement étrange cette année. On n'avait pas nos repères habituels. Cela fait déjà quelques années que les saisons se détraquent, mais j'ai trouvé que cette année c'était très fort, et j'ai bien peur que ça ne fasse qu'empirer avec le temps.
Mais j'ai quand même beaucoup apprécié de passer du temps avec ma famille (ça n'arrive pas assez souvent, je crois^^), et j'ai été très gâtée ! Et même que pour une fois, je n'ai pas trop mangé. Il faut dire que comme j'ai fait une croix sur le foie gras cette année, ça réduit pas mal le repas, du coup.
Une fois revenus à la maison et engagés dans une nouvelle semaine de boulot, on a pu se faire plaisir avec une petite pizza. On en fait souvent une dans la semaine, le soir, quand on a envie d'un truc sympa, mais qui ne demande pas trop de temps. Je ne prétends pas faire de la grande cuisine, je n'ai même pas fait la pâte (c'est meilleur mais plus long). Mais je préfère en faire un peu plutôt que d'en acheter une toute faite. C'est rapide et super bon.


*  *  *
 I N G R E D I E N T S 
- Une pâte à Pizza (que j'ai achetée Bio, parce qu'elle était meilleure)
- Un bocal de purée de tomates (nature ou épicée)
- Un poivron 
- Une mozzarella
- Un filet de poulet
- Facultatif : Un flacon de sauce soja sucrée.
 Etalez la pizza sur une plaque, avec les bords un peu épaissis. Tartinez la purée de tomates. Coupez le poivrons en dés, le poulet et la mozzarella en lamelles. Faites revenir les poivrons et le poulet à la poêle. Vous pouvez les faire dorer à la sauce soja sucrée pour faire ressortir le goût. Disposez les sur la pizza, recouvrez de mozzarella et mettez-la à cuire 7 minutes à 200°C.


 Cette pizza est encore meilleure quand elle est faite à deux avec l'amoureux

Je vous souhaite de passer une très belle fin d'année ! A Bientôt, Lumi.

Une histoire d'amour

Hello ! J'ai décidé d'inclure dans ce blog des articles pour parler de mes tricots, parce que je les aime tellement, ils font t...